Le Choix de l’oranger (de ParisDude)

Synopsis

Samaël se sent seul et incompris jusqu’au jour où il fait la rencontre de Ferréol, un infirmier, et Manoé, un inconnu sur Twitter.

« Samaël Kerléo, vingt-quatre ans, plus ou moins prof, monstre, moitié d’homme ».

C’est ainsi que Samaël se serait présenté s’il ne s’était pas enfermé dans un empire de solitude après son agression. Alors qu’il ne se nourrit plus que de rêves et de poésies, réfugié derrière ses écrans ou dans les forêts qu’il arpente inlassablement, deux hommes vont venir ébranler son monde.

À l’hôpital, il croise Ferréol, un infirmier tout en lumière et assurance, et qui porte l’écarlate de la passion et du sexe en bandoulière. Sur Twitter, la douceur des mots et des images de Manoé le bouleverse, et l’alchimie explose en mille nuances azur.

Deux rencontres. Deux couleurs. Deux graines d’histoires qui germent ensemble dans la poitrine d’un homme à qui jusqu’alors tout manquait.

Tiraillé entre réel et virtuel, écartelé entre rouge et bleu, Samaël est incapable de faire un choix. André Gide l’a écrit : choisir, c’est renoncer. Ce qu’il a oublié de préciser, c’est que choisir, c’est parfois la chose la plus difficile au monde.

Et qu’un cœur, ça peut être grand comme une place publique.

Plongez-vous dans cette romance tendre et passionnante. Qui Samaël finira-t-il par choisir ?

Mon avis

Samaël, jeune prof de sciences en arrêt longue maladie, va mal. Voilà quelque temps, lorsqu’il n’avait pas encore déménagé en Auvergne, il a été attiré dans un guet-apens par trois jeunes homophobes, qui l’ont attaqué au couteau, violé, puis laissé pour mort au bord d’une route. Après plusieurs opérations, il se considère maintenant comme une de ces « gueules cassées » de la Première Guerre mondiale. Il fuit les gens, il fuit les regards, vivant enfermé dans son petit appartement à Clermont-Ferrand avec son chat Manson. Il publie des petits textes sur son blog ; il dessine ;  il se balade sur Twitter ; il rêve – « […] quand on empile des rêves sous le ciel, on bâtit parfois des réalités bien plus belles que celles qui étaient prévues. Des réalités à fleur de cœur. »

Un jour, il tombe sur la photo de profil de Manoé, un beau jeune prof de latin dévergondé, et sur un coup de tête, il lui envoie un message. Manoé répond, et les deux jeunes hommes s’entendent tout de suite à merveille, passant des heures à discuter, par messages directs interposés sur Twitter, jusqu’à tard dans la nuit. Là où Samaël a été séduit par les photos de Manoé, Manoé est attiré par le côté littéraire et poétique de Samaël. Leurs échanges deviennent de plus en plus profonds et de plus en plus enfiévrés. Mais les problèmes ne manquent pas. Tout d’abord, Manoé est marié ; il s’agit d’un mariage ouvert qui le laisse libre de vivre ses passions, mais tout de même. Puis, Samaël est loin d’être prêt à se montrer, fût-ce à un homme qui ne le juge pas pour son physique et avec lequel, il le sent, il a énormément d’atomes crochus. N’empêche, les sentiments qu’ils ressentent l’un pour l’autre grandissent et envahissent leur vie petit à petit, comme une évidence lumineuse.

Troisième problème, et non des moindres : il y a Ferréol, un infirmier que Samaël a rencontré lors de ses visites de contrôle à l’hôpital. Lui est une des rares personnes à voir le visage « abîmé » de Samaël. Il réussit à le séduire, et au bout d’un certain temps, Ferréol avoue enfin à Samaël qu’il est tombé éperdument amoureux de lui. Il est même question de ce qu’il aménage chez Samaël. Mais celui-ci est toujours amoureux de Manoé. Amoureux de Manoé aussi, il faudrait dire plutôt – ce qui soulève la question : peut-on être amoureux de plusieurs personnes en même temps ? En a-t-on le droit ? Est-ce que l’amour est une chose exclusive, un lien entre deux êtres seulement ? Et s’il y avait une troisième voie ? S’il valait la peine d’essayer de construire quelque chose à trois ? Comme le dit Samaël à un moment : « On tente nos propres combinaisons, on rate, on recommence, on rate encore, mieux parfois, et on se trompe vingt fois de suite… mais on se sent vivant. »

J’avoue qu’au début, je ne savais pas à quoi m’attendre. Certes, l’histoire de Samaël, ce monstre auto-proclamé, cette « gueule cassée », cet être abîmé et dans son physique et dans son âme, cet amoureux du verbe et des couleurs, m’a happé instantanément. Son passé ne se découvre qu’au fil du récit, entre flash-backs et bribes de conversations avec Manoé, ce qui rend l’intrigue d’autant plus vivante, vibrante, douloureuse aussi. Mais je ne savais pas quoi penser de ces échanges avec Manoé, une autre « gueule cassée » – pas physiquement, cette fois-ci, mais psychologiquement (son mariage ouvert est, à l’origine, le fait de son mari volage, pas le sien, et il en a beaucoup souffert). Et je ne savais pas où « caser » Ferréol dans toute cette histoire. Est-il, comme c’était mon tout premier ressenti, « le bon » pour Samaël ? Ou pas ? Sur le plan sexuel, ça semblait tout de suite fonctionner de feu de dieu entre les deux, mais quid des émotions ? Je n’arrivais pas à cerner si Samaël avait des sentiments pour lui, et le fait que les trois protagonistes laissent beaucoup parler leurs corps (au lit et en paroles) mais finalement très peu leurs sentiments (même dans les échanges intenses entre Samaël et Manoé) ne m’a pas aidé à voir plus clair d’entrée de jeu.

Là aussi, les choses s’éclaircissent petit à petit. Les trois fils entremêlés – Samaël, Manoé, Ferréol – commencent à « se tricoter », et de maille en maille, ça commence à ressembler à un joli vêtement qui leur va comme un gant, si j’ose dire. Ce qui porte ce récit est une chose que l’auteur, sans aucun doute, partage avec Samaël : l’amour des mots. Oui, ce livre est très bien écrit, toujours empreint d’une vraie poésie, d’une pondération du langage, parfois d’une certaine pudeur, parfois d’une cruelle justesse dans le choix d’un vocable, contemporain ou ancien. On sent que ce n’est pas le hasard qui a jeté ces mots sur les pages, mais un esprit amoureux des lettres et amoureux des êtres. Donc oui, si le personnage de Samaël m’a attiré dans les premiers paragraphes de ce roman, c’est la belle écriture qui m’a séduit ensuite tout autant que les trois tranches de vie correspondant aux trois protagonistes principaux. 

En un mot, c’est un beau roman qui ne laissera personne indifférent, j’en suis convaincu.

Citation

« J’ai quinze ans. Je t’aime comme je bande, à la folie furieuse, quelque part entre l’inconséquence et la dévotion. 

J’ai mille ans. Je t’aime comme je pense, à la folie douce, loin dans ma tête, dans une toute petite boîte aux merveilles dont je garde la clé. »

Infos

Auteur : Gabriel Kevlec
Titre : Le Choix de l’oranger
Publié par : Ex Aequo Éditions
Publié le : 25 avril 2021
Genre(s) : Romance, littérature érotique
Pages : 150
Lu par : ParisDude
Sensualité : 5 flammes sur 5

Note

5 étoiles sur 5

Où acheter

L’auteur

Gabriel Kevlec, pornographe romantique, célèbre le bleu, le cul, le beau et la dentelle, rêve de rivières. Masc(ara) for Masc(arade). Son 1er roman, Cordons, publié aux Editions Ex Aequo, a reçu le Prix du Roman Gay 2020 – Mention Spéciale du Jury. Vous trouverez notre fiche de lecture de ce premier roman ici.

Ce livre nous a été envoyé par l’éditeur pour que nous puissions vous livrer notre avis honnête et sincère.

Par ailleurs, cet article a déjà été publié dans L’Autre Rive. Revue du Club Littéraire du Marais, numéro 2 | Juin 2021.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.