Master of Restless Shadows (de ParisDude)

Couverture de "Master of Restless Shadows", tome 1

Ginn Hale, « Master of Restless Shadows », tome 1

Titre : Master of Restless Shadows (Master of Restless Shadows tome 1)
Auteur : Ginn Hale
Éditeur : Blind Eye Books
Date de parution : 6 octobre 2019
Genre(s) : Magie, Fantasy
Pages : 406
Lu par : ParisDude
Lu en VO : Anglais (américain)
Sensualité : 1 flammes sur 5
Note : 5 étoiles sur 5

Synopsis

Freshly graduated Master Physician Narsi Lif-Tahm has left his home in Anacleto and journeyed to the imposing royal capital of Cieloalta intent upon keeping the youthful oath he made to a troubled writer. But in the decade since Narsi gave his pledge, Atreau Vediya, has grown from an anonymous delinquent to a man renowned for penning bawdy operas and engaging in scandalous affairs.

What Narsi and most of the larger world cannot know is the secret role Atreau plays as spymaster for the Duke of Rauma.

After the Cadeleonian royal bishop launches an unprovoked attack against the witches in neighboring Labara, Atreau will require every resource he can lay his hands upon to avert a war. A physician is exactly what he needs. But with a relentless assassin hunting the city and ancient magic waking, Atreau fears that his actions could cost more than his own honor. The price of peace could be his friends’ lives.

Quand j’ai reçu ce livre, je ne m’attendais pas à grand-chose, pour des raisons qui m’échappent maintenant. Du coup, j’ai eu une très, très agréable surprise (bien sûr, je préfère les surprises dans ce sens-là plutôt que dans l’autre). L’intrigue, que racontent plusieurs narrateurs à la troisième personne, m’a plu immédiatement, bien que les premiers chapitres aient été assez complexes. Mais rien ne pourrait être plus normal : nous entrons dans un monde imaginaire et inconnu (note : j’ai entre-temps lu deux autres livres de cette auteure, dont la publication et l’intrigue sont antérieures à celui-ci, et qui se déroulent dans le même univers, donc si vous connaissez déjà Ginn Hale, il y a des chances que vous retrouvez des éléments familiers), nous devons faire connaissance avec les personnages principaux, nous devons comprendre les courants sous-jacents, les machinations politiques et tout ce qui se passe dans les coulisses.

Le livre commence par l’arrivée dans la capitale royale, Cieloalta, du maître-médecin fraîchement diplômé Narsi Lif-Tahm. En fait, il suit son ancien mentor, le père Timoteo, un ecclésiastique, qui vit avec Fedeles Quemanor, le duc de Rauma, l’un des meilleurs amis du souverain actuel (dont il est aussi le cousin). Lorsque Narsi arrive à destination, il tombe sur Atreau Vediya, un écrivain et aventurier à la vie remarquablement dissolue, qui séjourne également chez Quemanor. C’est lui, d’ailleurs, qui a financé les études de Narsi et à qui Narsi a promis qu’il le retrouverait et le rembourserait après avoir obtenu son diplôme. Qu’Atreau soit aussi la première personne dont Narsi soit tombé amoureux ne fait qu’ajouter à la tension qui s’installe presque instantanément entre les deux.

Il serait trop long de décrire toutes les ramifications de l’intrigue, tordue et riche à souhait, qui m’a tenu en haleine sur 406 pages et m’a laissé comme un orphelin quand j’ai réalisé que j’avais atteint la fin. Heureusement, ce n’est que la première partie d’une série qui promet d’être à couper le souffle. Ginn Hale connaît son métier. Elle dessine sans effort un monde riche et complexe où il y a eu des victoires glorieuses dans le passé, de grands rois, de la magie et des monstres vaincus. Elle juxtapose cette image sommaire d’actes légendaires à un présent rempli de petites jalousies et de complots, avec des boucs émissaires faciles à trouver (ça vous dit quelque chose ?), des ecclésiastiques peu scrupuleux, des membres de la famille royale envieux et assoiffés de pouvoir, des magiciens secrets, des sorts oubliés, des poisons, des malédictions asservissantes, de la torture et bien d’autres choses encore. Ce que j’ai absolument aimé, c’est que tout ait sa place dans l’histoire. Même les passages les plus étonnants et les plus incroyables semblaient plausibles et justes ; mieux, je suis certain que nous n’avons pas encore tout vu et que Ginn Hale en a gardé sous le coude pour les tomes suivants. Comme fil secondaire, certaines romances sont mises en place dans celui-ci (Narsi et Atreau, Lord Quemanor et un tueur à gages) et évolueront, j’en suis convaincu.

Les personnages donnent l’impression d’être bien réels (ce qui n’est pas rien dans un roman fantastique !), et la plupart d’entre eux poursuivent en cachettes des buts cachés, jouant un rôle souvent sinistre et sombre, ce qui ne fait qu’ajouter à leur humanité intrinsèque. Personne n’est seulement bon ou mauvais, à quelques exceptions près (Narsi, par exemple, a conquis mon cœur presque immédiatement en raison de son caractère chaleureux, sociable et inspiré). La vraie vie est pleine de nuances de gris (plus de cinquante en tout cas, lol) avec seulement quelques taches noires ou blanches tout à fait exceptionnelles. Eh bien, les personnages de ce livre – voire l’intrigue elle-même – reflètent parfaitement cette vérité simple. Les circonstances nous obligent parfois à faire des choses dont nous savons qu’elles sont moralement mauvaises (dans la plupart des cas, cela ne concerne que des petites choses sans importance – mais bon, nous ne dirigeons pas un royaume ou une église non plus). Cela ne fait pas nécessairement de nous des méchants. Ai-je mentionné que ce livre était très bien écrit et parfaitement rythmé ? Non ? Eh bien, maintenant c’est fait. En tout cas, en le lisant, je me suis vraiment éclaté, et j’attends avec impatience la suite. J’ai besoin de savoir comment tout cela se termine, cher Ginn, alors s’il te plaît, manie ta plume en accéléré !

Amazon Page auteur Sur Goodreads

Exemplaire lu

Un exemplaire gratuit de Master of Restless Shadows nous a été fourni par l’auteur en VO, en échange d’une critique sincère. Cette fiche de lecture a été publiée en anglais sur le site Gay Book Reviews.

Auteur

Né au début des années 70, j’ai grandi dans un petit village en Autriche. À 18 ans, j’ai migré à Vienne pour faire mon master en sciences politiques, français et espagnol. Aujourd’hui, je vis à Paris avec mon copain et travaille comme graphiste. Pendant mon temps libre, j’écris, je lis, je mitonne de bons petits plats, je prends des photos et je pars en voyage dès que je peux (en Italie, au Portugal, au Maroc, en Égypte, au Royaume-Uni et autres). Mes goûts littéraires sont éclectiques, allant de romans fantastiques et polars en passant par des romances gay jusqu’aux romans dystopiques. Mais je ne dirai pas non à un recueil de poésie ou un bon livre sur l’histoire non plus. Je suis plutôt le genre à porter un sweatshirt à capuche, une paire de jeans et des baskets qu’un costume et une cravate. À ce jour, j’ai publié plusieurs collections de nouvelles et de poèmes en anglais. Mon premier roman policier « Le cercueil farci », dans lequel je présente Damien Drechsler et le fringant étudiant Nikos, est paru en décembre 2018. Les versions anglaise et allemande sont également disponibles. Actuellement, je travaille sur la suite des aventures de Damien Drechsler. Sous mon pseudonymé "ParisDude", j’écris des critiques littéraires sur ce site, mais également en anglais sur le site "Gay Book Reviews". Plus d'informations sur mon site http://www.dietermoitzi.com

Laisser un commentaire