Paris-Londres… (de ParisDude)

Synopsis

Quand Arthur, génial inventeur français, doit coopérer avec Charles, talentueux publiciste anglais, tout devrait se passer correctement. Entre hommes civilisés, c’est souvent le cas.

Oui, mais pas dans cette histoire où se jettent pêle-mêle :

1 – un des jeux les plus anciens du monde,
2 – une patronne façon « Prada »,
3 – un boss genre « obéis, tu n’as pas le choix »,
4 – deux vikings et des lutins,
5 – deux capitales et une ile.

Sans oublier les amis compatissants et les drag-queens. Et les mésanges. Ah, et aussi un fauteuil. Très important, le fauteuil…

Notre avis

Charles Gray est comblé dans sa vie londonienne : jeune trentenaire à l’allure stylée, mince, musclé sec, beau physique, élégant, il est en outre un des hommes de pub les plus en vue et en vogue, en ce moment. Mais une mauvaise nouvelle l’attend. En effet, une société de jouets française dont le siège se trouve à Paris a demandé qu’il dirige personnellement la campagne de leur tout nouveau produit, et son patron insiste à ce qu’il se rende sur place pour être briefé. Or, si Charles a toujours adoré Paris et parle, en outre, parfaitement bien la langue de Molière, ça fait maintenant plusieurs années que son amour a viré en détestation ; en fait, pour vous expliquer le comment du pourquoi, il ne peut plus la voir en peinture depuis qu’il s’est fait plaquer par Benjamin, son ex, du jour au lendemain. Avouez que ça peut créer des ressentiments qui, pour être probablement injustes, sont néanmoins compréhensibles.

Mais cette mauvaise nouvelle est suivie par une qui s’avère bonne : le créateur de ce nouveau jouet est un certain Arthur Parvis. Grand, baraqué, impressionnant et charismatique Arthur, dont le regard, lors de leur première rencontre, s’attarde en plus juste ce qu’il faut de trop sur l’entrejambe de Charles. De quoi titiller imagination et libido… Mais un Frenchie, encore ? Please ! Et qu’est-ce que Charles doit penser de l’idée saugrenue de Gaëlle, la patronne de la boîte de jouets, qui consiste à ce qu’il passe du temps – beaucoup de temps – chez ce bel inventeur, Arthur, pour trouver l’inspiration pour sa campagne ? C’est-à-dire, dans la maison d’Arthur, ici, à Paris, dans cette ville qu’il ne supporte plus ? Peu importe que ladite maison se trouve à Montmartre. Peu importe, aussi, qu’Arthur non seulement ait tout ce qu’il faut pour séduire, mais ne semble pas insensible, lui non plus, aux charmes et à la fraîcheur de Charles. Les prochaines semaines promettent à être dures… sans jeu de mot salace (ou peut-être, justement, avec ?)…

Ah, c’était frais, c’était mignon, ça se lisait d’une seule traite. Le roman est bien construit et bien écrit, avec quelques coquilles, mais bon, comme dirait certainement Charles : « Shit happens » – ça ne m’a pas détourné du plaisir de découvrir les aléas de cette histoire attendrissante. Charles et Arthur rentrent dans le schéma classique du « les contraires s’attirent », l’un exubérant, pétillant, extroverti, sûr de lui-même, l’autre plus réfléchi, plus posé, plus casernier. Mais le courant passe dès le premier regard, et la tension presque palpable aboutit, je peux le révéler sans que ce soit ni un scoop ni un spoiler, à une approche physique et amoureuse au bout de bien des péripéties. Jeanne Malysa ne mériterait pas le titre d’écrivaine, bien sûr, si elle ne mettait pas des bâtons dans les roues de nos deux tourtereaux présumés, donc de mini-drame en réconciliation en prochain bouleversement, je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. Bien au contraire, même si je subodorais la fin (après tout, elle est tout à fait dans l’ADN du genre – imaginez une romance qui se termine en eau de boudin… on n’en voudrait pas, n’est-ce pas ?), elle n’était ni convenue ni téléphonée, mais plutôt bien amenée.

En plus, Jeanne m’a fait voyager, un détail que j’apprécie particulièrement en ces temps de « disette du déplacement de loisir » pour un voyageur invétéré comme moi. L’intrigue se déroule d’abord à Paris, bien sûr, une ville pour laquelle l’auteure a su marier et montrer habilement cette espèce d’amour-haine que nous, les habitants, ressentons pour elle : on l’adore, on en est fier, on la fait visiter avec beaucoup de plaisir à nos amis venus d’ailleurs, mais on n’arrête pas de s’en plaindre (bon, surtout des Parisiens, je dirais). Ensuite, j’ai passé de bons moments à Londres (case cochée dans mon carnet de voyages) et Brighton (qui mériterait peut-être un séjour), puis dans le Jura (que je ne connais pas encore, non plus) et surtout en Islande, qui – fun fact qui n’a aucune importance mais que je vous livre quand même – était tout en haut de la liste des endroits pressentis pour mes vacances de septembre, cette année… Donc, j’ai été gagnant sur toutes les lignes en termes de découverte et en termes de lecture comblée.

Tiens, il pleut dehors, pour changer… Alors, si vous déprimez gentiment, un petit coup de Jeanne Malysa, une petite virée du côté de Charles et Arthur vous ferait le plus grand bien. Ça réchauffe, ça divertit, ça dessine un Big Smile sur le visage… Je dis ça, je dis rien, hein ?

Infos

Auteur : Jeanne Malysa
Titre : 
Paris-Londres ou Londres-Paris, c’est comme vous voulez
Publié par : 
Mix Editions
Publié le : 
26 novembre 2020
Genre(s) : 
Romance
Pages : 
240
Disponible en :Broché & Ebook
Lu par : 
ParisDude
Sensualité : 
3 flammes sur 5

Note

5 étoiles sur 5

Où acheter

L’auteure nous a fourni un exemplaire gratuit de Paris-Londres pour que nous puissions vous en livrer une critique honnête et sincère.

2 commentaires sur “Paris-Londres… (de ParisDude)”

  1. Lu et beaucoup apprécié moi aussi! Jeanne a une plume très agréable et ses personnages se complètent, s’attisent, se percutent et se plaisent pour notre plus grand plaisir. Et en effet, voyager en ces moments un peu durs ( roooo) eh bien, cela ne se refuse pas, ,n’est-ce pas? Mais bon, moi je dis ça je dis rien, hein, monsieur le futur Grec!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.