Stasis (de ParisDude)

Synopsis

Flo est un journaliste culturel à la vie calme et légèrement bohème, passionné de cinéma, de littérature et de tennis. Gay discret, timide et introverti, il se laisse séduire un soir par son meilleur ami, qu’il croyait hétéro. Dans la même nuit, il fait une découverte qui va changer son parcours de vie pour toujours et qui le force à participer à une mission des services secrets à Bucarest. Coincé entre l’amitié, le sexe, le chantage et un tourbillon de sentiments contradictoires, Flo se rend rapidement compte que sa propre vie est en jeu et qu’il ne lui est permis de faire aucun faux pas dans ce véritable ballet sur fil.

Notre avis

Flo, jeune Roumain trentenaire parfaitement trilingue, travaille comme journaliste et traducteur à Bucarest. Il est gay mais vit son homosexualité de façon très discrète – son pays n’est pas vraiment connu pour son ouverture d’esprit vis-à-vis de la communauté LGBTQ+, après tout, bien au contraire. UE oblige, les engagements dans ce sens ont été pris, mais du bout des lèvres et seulement symboliquement. Parmi les rares amis de Flo qui soient au courant de sa vraie nature, il y a Vlad, qu’il appelle toujours Vee. Ah, Vlad, le beau Vlad, un « morceau de choix », avec sa belle gueule, son corps de rêve, son attitude désinvolte. D’accord, Vee est hétéro, mais plus d’une fois, Flo se surprend à rêvasser en pensant à lui. Jusqu’au jour où, après un de leurs matchs de tennis amicaux, Vee lui vole un baiser langoureux dans les vestiaires. Flo décide tout de suite que cette incartade restera un événement unique, qu’il faudra oublier au plus vite, d’ailleurs. Sauf que Vee ne l’entend pas de cette oreille. Un soir, il se pointe à l’appartement de Flo… et lui saute carrément dessus. S’ensuit une nuit torride, où leurs corps se mêlent, s’entremêlent, se marient, ne font plus qu’un. Quel délicé !

Le réveil, le lendemain, est d’autant plus brutal. Car qu’est-ce que Flo trouve, de façon fortuite, par terre ? Quel est cet objet apparemment tombé d’une poche du pantalon de Vee ? Une carte professionnelle… du service de renseignements national, le redoutable successeur de la non moins redoutable Securitate, de triste renommée internationale du temps de Ceaucescu. Bien que nominalement intégrée à la démocratie et à l’état de droit qu’est la Roumanie, de nos jours, cette Nouvelle Securitate n’a rien perdu de ses opérations louches, de ses actions borderline, de son influence néfaste sur la politique et l’économie du pays. Flo se doute déjà que la nuit qu’il vient de passer avec son meilleur ami va avoir des répercussions. Et, en effet, il est aussitôt convoqué dans un centre clandestin de l’organisme, où on lui suggère de façon menaçante qu’il aura tout intérêt à collaborer à un coup monté contre un diplomate de l’ambassade française… Et le jeu trouble commence…

Comme d’habitude, je vais commencer par les choses moins positives, qui sont au nombre de deux, mais, hélas, se sont révélés ne pas être des moindres. Ces deux choses ont valu au livre deux étoiles en moins dans mon classement, j’en ai peur. Tout d’abord, ce roman, malgré un vocabulaire étonnamment riche et par endroits fleuri, mériterait une relecture sérieuse, de fond en comble. L’auteur, d’après mes informations, est roumain, et malgré une bonne maîtrise de la langue française, les fautes abondent, que ce soient des fautes d’orthographe, de grammaire ou de lexique. Il peut s’agir de petites incertitudes quant au placement d’un subjonctif, ou du changement incessant entre passé simple et passé composé (un choix cohérent aurait été appréciable), ou d’une phrase incompréhensible car de toute évidence traduite directement du roumain sans qu’il y ait l’équivalence au niveau du sens, dans les deux langues. Mais tout ceci pourrait être complètement nettoyé avec l’aide d’un bon relecteur/correcteur professionnel.

Pour le deuxième point, en revanche, il faudrait carrément revoir la copie, en tout cas en ce qui concerne certaines parties. L’auteur, désireux de faire comprendre aux lecteurs et lectrices français les tenants et aboutissements de l’intrigue, se fait professeur d’histoire contemporaine roumaine. En soi louable, voire une excellente idée – moi, perso, j’aime bien me sentir moins bête à la fin de la lecture d’un bouquin, puis j’aime bien l’histoire, et enfin, j’ai fait des études de sciences politiques, donc une bonne analyse va toujours me ravir, d’autant plus que – l’auteur en parle d’ailleurs, et il a raison – les informations nous parvenant de Roumanie sont rares, clairsemées, partiales et peut-être partisanes. Mais. Les courants politiques sous-jacents auraient très bien pu être intégrés au récit principal par petites touches, une allusion par-ci, une sous-intrigue parlante par-là, un court dialogue avec un protagoniste secondaire encore par-là, pour donner aux lecteurs et lectrices ce « feeling » de la situation que vit le protagoniste et que l’auteur, on le sent bien, veut absolument transmettre. Malheureusement, l’auteur choisit la forme du pamphlet politique. En soi, qu’il défende tel ou tel parti, je m’en fous, je peux passer outre. Mais ici, j’ai eu l’impression que l’auteur s’est laissé submerger par ses émotions – je le comprends, il a directement vécu les événements qu’il décrit, il a ressenti les frustrations, les amertumes, les rêves volés. C’est juste qu’un peu plus de subtilité, un peu moins de détails auraient sans doute mieux servi le propos. Les explications détaillées, les parties prises, les sous-entendus déferlent avec trop de véhémence et, du coup, diminuent l’impact. Comme toujours, montrer au lieu de raconter aurait été préférable (ou, comme disent les anglophones : show not tell).

C’est dommage, car c’est un bouquin intéressant, intrigant, qui m’a fait entrer dans un autre monde, ce qui a été une grande surprise. On nous rabâche que l’UE égale le nivellement des différentes cultures et traditions de l’Europe, et j’ai toujours pensé que c’était des sornettes. Là, dans ce livre, on se rend compte qu’effectivement, nos expériences en France n’ont rien à voir avec celles d’un(e) Roumain(e), par ne citer que cet exemple. Nous sommes toujours bien différents. J’ai beaucoup aimé me laisser entraîner dans cette différence – notamment les parties sur l’enfance du protagoniste étaient vraiment très convaincantes et passionnantes. D’ailleurs, c’est ce protagoniste qui, à mes yeux, a sauvé la mise du livre. Il est attachant, un jeune traqué, honni, forcé à agir en allant à l’encontre de sa nature et de ses valeurs morales, mais toujours fort et intègre. Il paie le prix fort pour être qui il est.

Dernier mot à propos de la couverture, que je trouve très élégante dans son style énigmatique et dépouillée – lisez le livre, et vous comprendrez qu’elle est effectivement aussi très bien choisie.

Infos

Auteur : Florian von B.
Titre : Stasis
Publié par : Von B. Florian
Publié le : 8 février 2020
Genre(s) : Roman d’espionnage, suspense, roman politique
Pages : 209
Lu par : ParisDude
Sensualité : 3 flammes sur 5

Note

3 étoiles sur 5

Où acheter

Un exemplaire gratuit de Stasis nous a été envoyé par l’auteur.

3 commentaires sur “Stasis (de ParisDude)”

  1. Je suis complètement d’accord avec toi. L’intrigue et la tension entre les personnages m’avaient beaucoup plu, mais le mauvais français et les longs laïus politicohistoriques m’ont fait tomber le roman des mains. C’est dommage, parce que l’ouverture du roman était très engageante !

Répondre à Étienne Bompais-Pham Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.