The Mage on the Hill

Titre : The Mage on the Hill (The Web of Arcana #1)
Auteur : Angel Martinez
Publié par : Dreamspinner Press
Publié le : 7 mai 2019
Genre(s): Paranormal, fantasy
Pages : 170
Lu par : Dieter et Séb
Lu en VO : Anglais (américain)
Sensualité : 3 flammes sur 5
Note : 5 étoiles sur 5

Synopsis

A young magic user who wants desperately to live. A jaded recluse who has forgotten what living means. They’re each other’s only chance.

Toby’s wild magic is killing him. The mage guilds have given up on him, and it’s only a matter of time before he dies in a spectacular, catastrophic bang. His only hope is an exiled wizard who lives in seclusion—and is rumored to have lost his mind.

The years alone on his hilltop estate have not been good for Darius Valstad. After the magical accident that disfigured him and nearly drowned Pittsburgh, he drifts through his days, a wraith trapped in memories and depression. Until a stricken young man collapses on his driveway, one who claims Darius is his last chance. For the first time in fifteen years, Darius must make a choice—leave this wild mage to his fate or take him in and try to teach him, which may kill them both. The old Darius, brash and commanding, wouldn’t have hesitated. Darius the exile isn’t sure he can find the energy to try.

Tobias « Toby » Kingston Freelander Jones est un jeune homme qui a un énorme problème : il a de la magie. Mais pas la magie que l’on peut classer dans une certaine catégorie, comme presque tout le monde – ça, ça ne serait pas grave. Il existe des guildes, une dans chaque district, pour vous instruire et vous entraîner dès que vos arcanes majeures et mineures ont été déterminées, c’est-à-dire les axes de votre magie (air, eau, métal, feu, pour n’en citer que quelques-uns). Non, Toby est l’une des rares personnes appelées Unplaceables, Inclassables, un terme qui indique que personne n’arrive à détecter ses arcanes. Pour des raisons inconnues, sa magie reste bloquée à l’intérieur et ne se libère que lors de crises extrêmement violentes et dangereuses qui le tueront bientôt. La seule solution que les guildes proposent ? Le soi-disant protocole de Kovar pour forcer les arcanes à se montrer. Et si cela échoue ? Eh bien, l’on vous administre de forts sédatifs, puis vous met dans un lit d’hôpital, où vous avez ensuite le droit de mourir lentement de faim. Et c’est la seule solution que la Guilde de Montchanin offre à Toby lorsque leur tentative d’appliquer Kovar se termine par l’explosion de la salle d’examen.

Mais Toby ne veut pas mourir. Même affaibli par le protocole, il cherche sur Google l’adresse d’un mage exclu, Darius Valstad, à propos duquel il a entendu certaines rumeurs. Apparemment, cet homme avait proposé une approche différente pour aider les Inclassables quelques années auparavant ; mais l’un de ses élèves / patients s’était suicidé et avait presque détruit la ville de Pittsburgh, mutilant aussi son mentor. Ses pairs, les mages universitaires, l’avaient alors évincé et l’évitaient depuis lors. Il se cache maintenant dans un vieux manoir. Toby parvient néanmoins à dénicher son adresse. Il s’enfuit de l’enceinte de Montchanin et atteint le repaire de Valstad. L’ancien professeur le découvre en train de traverser dans son jardin, presque défaillant d’épuisement, et il accueille le jeune homme malgré d’énormes réticences. Ce qui suit est un lent processus où il soigne Toby tout en éliminant certains arcanes par le biais de jeux qui l’oblige à focaliser son esprit. Quand Toby est suffisamment en forme pour repartir, il est trop tard pour Darius : il a déjà décidé d’aider le jeune homme. Est-ce parce qu’il commence à se sentir de nouveau vivre… et peut-être aussi parce qu’il commence à avoir d’autres sentiments pour son nouvel élève ? Et Toby ? Souhaite-t-il seulement soulager le chagrin de Darius, ses auto-incriminations et sa solitude profonde ? Ou y a-t-il autre chose qui l’attire inexorablement vers ce vieil homme borgne, taciturne mais attractif ? Darius réussira-t-il avec sa méthode ? Le temps presse, car, alors qu’ils voyagent d’une zone de confluence magique à une autre pour tenter de comprendre ce que pourraient être les arcanes de Toby, la Guilde les poursuit sans relâche… jusqu’à ce que…

Assez. Je ne dévoilerai pas plus de détails de l’intrigue, car vous devez vraiment lire ce livre vous-même et découvrir ce qu’il en est. Je l’ai vraiment apprécié dès la première page, mais laissez-moi vous dire qu’à partir de ce moment auquel je le fais allusion à la fin de mon court résumé, j’ai dévoré les pages comme un maniaque, en retenant mon souffle et avec l’estomac noué. Parce que, Seigneur, Angel Martinez sait écrire ! Elle sait comment rythmer son histoire ! Elle sait comment offrir une expérience de lecture passionnante !

Le monde qu’elle invente est plausible et si bien construit que je ne me suis pas arrêté une seconde pour me demander comment ceci ou pourquoi diable cela. Oui, il y a de la magie dans le monde, mais elle est canalisée et supervisée par des Guildes, des sortes de collèges de mages (on peut presque imaginer des cours de « Lévitation pour débutants »), des professeurs, une méthodologie et tout ce qui va avec – tout un univers académique tel que nous le connaissons, en d’autres termes, mais dédié aux utilisateurs de magie. La magie semble être une affaire assez banale, à moins que vous ne soyez l’un des malheureux Inclassables, bien sûr. Le monde entier proposé par Angel Martinez est merveilleusement bien raconté ; vous pouvez voir la magie opérer, mais rien n’y est forcé ni tiré par les cheveux. Oui, je l’avoue, elle appuie sur chacun de mes boutons en ce qui concerne les livres fantasy ou avec de la magie. Les personnages (principaux et secondaires) sont bien formés dès le début, avant que Martinez ne les remplisse en y allant de ses petites touches subtiles, de manière intelligente et empathique. J’ai aimé comment elle décrit l’urgence de vivre que ressent Toby, comment elle le rend légèrement irrévérencieux, innocent dans sa jeunesse, confiant, parfois un peu naïf. C’est un mec très attachant que tous ceux avec du cœur aimeraient aider (ils souhaiteraient aussi le serrer dans leurs bras et le toucher et… h-rm, désolé, je m’emporte). Qu’il réussisse à dissiper le chagrin et les auto-reproches de Darius est une évolution bien vue, qui rend la romance qui s’ensuit encore plus crédible. Darius, à son tour, est décrit de telle manière que non seulement, je pouvais comprendre ses émotions et ses motivations, mais aussi m’identifier à la réaction qu’il déclenche auprès de Toby. Je pense que j’aurais pensé et fait exactement les mêmes choses que Toby, y compris la partie qui où il finit par tomber amoureux.

J’espère que ma fiche de lecture fait écho à mon enthousiasme à propos de ce livre. Je ne dis pas cela très souvent : j’ai adoré ce livre. Un vrai bijou, bien rythmé, bien écrit (que ce soient les pensées et l’évolution des personnages, les dialogues), une intrigue solide avec juste ce qu’il faut de suspense, et des moments romantiques et d’amitié. J’aimerais juste demander une chose à l’auteur : qu’elle se dépêche à écrire le reste de la série aussi vite que possible. Ou du moins le prochain tome – j’ai hâte de le lire !

Amazon Page auteur Sur Goodreads

Exemplaire lu

Un exemplaire gratuit de The Mage on the Hill nous a été fourni par l’éditeur en VO, en échange d’une critique sincère. Cette fiche de lecture a été publiée en anglais sur le site Gay Book Reviews.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :