Shatterproof Bond – tome 3 (de ParisDude)

Synopsis

Troisième livre de la série primée MM Romance de thrillers par Isobel Starling.

Entraîné dans un monde de secrets et de mensonges pour l’homme qu’il aime, la vie de Declan Ramsay a changé de façon incommensurable au cours des huit mois qui ont suivi sa rencontre et qu’il est tombé amoureux du fils de son patron, Sam Aiken. Le voyage de découverte personnelle de Declan est sur le point de prendre un virage plus sombre, et pour Sam, le monde devient plus traître qu’il aurait pu l’imaginer. Deux agents sont portés disparus – présumés morts, lors d’une mission de reconnaissance dans un centre d’aventure en plein air dans les Highlands écossais. Sir James Aiken envoie son fils et Declan suivre la piste et découvrir le sort des agents. La mission lui offrant une chance d’utiliser les compétences acquises lors de sa formation au MI6 au Maroc, Declan a hâte de commencer. Cependant, Sir James a veillé à ce que les graines du doute et de la discorde soient plantées entre les deux amants au début de leur mission. Le voyage vers leur emplacement dans les Highlands et les découvertes qu’ils font lorsqu’ils atteignent le centre G’wan Adventures, prouvent que Sir James Aiken a été moins qu’honnête avec son fils. Les événements dans les Highlands forcent Sam et Declan à faire face à leurs peurs et à comprendre ce qu’ils veulent vraiment de la vie – et de l’un de l’autre.

Notre avis

Je ne vous cache pas que j’ai entamé la lecture de ce tome 3 avec une légère appréhension puisque, si vous vous en souvenez, j’ai été un peu déçu des tomes 1 et 2 de cette série, pour des raisons diverses. Eh bien, quelle ne fut pas mon agréable surprise de constater que ce tome 3 m’a (presque) réconcilié avec Shatterproof Bond. Il y avait, là encore, des petites choses qui me dérangeaient et que j’expliquerais plus loin, mais c’était le premier des trois livres qui m’a happé, emporté, oserais-je dire transporté ?

Nous y retrouvons, bien sûr, notre couple tout frais, tout amoureux, Declan et Sam, ainsi que leur patron exécrable (et accessoirement, le père de Sam), Sir James. Deux affaires deviennent pressantes, et nos tourtereaux sont amené à les traiter. D’abord, il y a ces menaces insidieuses, mystérieuses à l’encontre de Sam qui se sont présentées déjà dans le tome 2. Puis, un vieil ami de Sir James vient de se suicider après un séjour dans un centre de sport et d’entraînement (le genre où les cadres sups de grandes entreprises aiment à réunir leurs équipes pour des opérations d’émolument et de « soudage »), et quand des agents sont envoyés sur place, ils disparaissent au bout de quelques jours sans laisser de trace. Declan est excité, il va enfin pouvoir montrer ce qu’il a appris lors de son stage au Maroc. Seulement, une petite réflexion de Sir James lors du briefing des deux agents met le feu aux poudres, et ce qui aurait dû un baptême du feu mêlant activité pro et parties de jambes en l’air pour nos amants-collègues devient une épreuve car la mission démarre dans la colère, les rancunes, et les silences radio de part et d’autre. Il y a donc le danger de la mission et le risque que leur couple soit définitivement mort…

C’est, en quelques mots insuffisants, la trame des premiers chapitres. Comme vous pouvez constater, ça promet une intrigue riche, haletante, avec des rebondissements, des scènes où l’on retient son souffle, où l’on a hâte de savoir de connaître la suite – un thriller, un vrai, quoi. Et cette promesse-là est tenue. L’histoire est prenante, elle m’a fait tourner les pages avec des doigts enfiévrés, et les différents tournants et développements, tantôt prévisibles, tantôt surprenants, en ont fait un roman vraiment intrigant. C’est à ça exactement que je m’attendais quand j’ai reçu la trilogie, et j’étais heureux de constater qu’enfin, au troisième tome, j’y ai eu droit. De ce point de vue, c’était donc, sans hésitation, le tome le plus abouti, le plus captivant, celui que je recommanderais vraiment à tous les amateurs du genre. Même les scènes de sexe sont moins nombreuses, ne tombent pas (toutes) comme des cheveux sur la soupe, et montrent que moins est parfois plus. 5 étoiles haut la main, on pourrait dire.

Mais. Les deux charactères principaux… Soupir. Il y a des petits trucs dans leur évolution qui sonnent creux, pour ne pas dire faux. Le différend qui les sépare si horriblement et semble même mettre en péril leur mission ? Encore un de ces problèmes, un de ces obstacles qu’une conversation franche et sincère aurait pu résoudre en dix minutes là où l’obstination des deux (et celle de l’auteure aussi, sans doute, qui flairait là un bon moyen de faire monter la sauce) fait durer cette situation désagréable sur des chapitres et des chapitres. Et je trouve que les réactions des deux sont souvent exagérées (en tout cas, les mots utilisés me paraissaient trop forts, trop appuyés), ce qui faisait que, parfois, c’était une véritable montagne russe – un coup, ils rigolent, puis ils se font la gueule, puis ils se parlent comme à des chiens, puis ils s’envoient des regards amoureux, le tout dans une seule conversation. Ça manque de vérisimilitude, d’authenticité, tout comme les deux hommes manquent un peu de constance de par ce traitement tous azimuts.

Le pire, et là, je pèse mes mots, c’était, une fois de plus, la traduction. Inélégante et cahoteuse, longuette, dans un style vraiment verbeux. Je sais que l’anglais (langue dans laquelle la série a été écrite) se prête à merveille aux épithètes à gogo – dire « an off-white, fluffy Grand Hôtel terry cloth bath towel » ne choquerait personne. Mais « une serviette duveteuse blanc cassé de Grand Hôtel en tissu éponge » nous ferait tourner les yeux au ciel et penser « Pourquoi autant de détails alors qu’on s’en fout, qu’elle soit duveteuse, blanc cassé, en tissu éponge, et qu’elle provienne d’un Grand Hôtel, cette serviette ! » J’ai inventé cet exemple, bien sûr, mais vous voyez le genre. Je sais que le traducteur ou la traductrice n’avait pas le choix, il fallait tout traduire (heureusement que celui qui traduit mes romans, c’est moi – je peux donc décider de simplifier quand ça devient trop alambiqué puisque c’est mon texte et que j’en fais ce que je veux), mais on aurait pu prendre la décision de le faire de façon plus fluide, moins lourd.

Une fois de plus, d’ailleurs, rien qu’à lire le résumé, on sait à quoi s’attendre. Première phrase : « Entraîné dans un monde de secrets et de mensonges pour l’homme qu’il aime, la vie de Declan Ramsay a changé de façon incommensurable au cours des huit mois qui ont suivi sa rencontre et qu’il est tombé amoureux du fils de son patron, Sam Aiken. » Je bute déjà sur la juxtaposition de « entraîné… » car le sujet qui suit dans la phrase principale et dont dépend donc ce groupe de mots est… « la vie ». Et non « Declan », comme attendu. Finalement, je secoue la tête arrivé au « et qu’il est tombé amoureux… », qui se réfère à « au cours des huit mois ». Je me secoue, je me dis « Pas grave, on va pas en mourir », et je passe à autre chose, bien sûr. Mais quand c’est des tournures comme ça à répétition, ça devient lassant, vraiment lassant. Je ne vous parle même pas des erreurs dans les mots (renforcer au lieu de renfoncer, rassembler versus ressembler) ou des mauvaises traductions (« conscient de soi » pour « self-conscious », alors que ce mot signifie timide, gêné)…

Donc, hélas, une fois de plus, un point en moins. Ce qui me chagrine vraiment car, niveau intrigue, malgré quelques invraisemblances et malgré un caractère qui, étant un deus ex machina et donc venu de nulle part, doit être expliqué et raconté dans la précipitation, ça tenait la route. Je me demande d’ailleurs si j’aurais eu un regard aussi sévère si j’avais lu toute cette trilogie en anglais (d’ailleurs, désolé pour ce double usage de « si », qui n’est pas très joli non plus, lol)… Peut-être aurais-je apprécié davantage… Allez savoir.

Infos

Auteur : Isobel Starling
Titre :
Retour au point de départ (Shatterproof Bond, tome 3)
Publié par :
Decent Fellows Press
Publié le : 
15 mai 2020
Genre(s) : 
Romance, thriller
Pages : 
225
Disponible en : Ebook & broché
Lu par : 
ParisDude
Sensualité : 3 flammes sur 5

Note

4 étoiles sur 5

Où acheter

Toute la série

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.