Ramen Assassin

Titre : Raman Assassin (Tome 1)
Auteur : Rhys Ford
Publié par : Dreamspinner Press
Publié le : 25 juin 2019
Genre(s): Polar
Pages : 216
Lu par : Dieter et Séb
Lu en VO : Anglais (américain)
Sensualité : 2 flammes sur 5
Note : 4.3 étoiles sur 5

Synopsis

When life gives Kuro Jenkins lemons, he wants to make ponzu to serve at his Los Angeles ramen shop.

Instead he’s dodging bullets and wondering how the hell he ended up back in the Black Ops lifestyle he left behind him. After rescuing former child star Trey Bishop from a pair of thugs in the middle of the night, he knows it’s time to pick up his gun again. But it seems trouble isn’t done with Trey, and Kuro can’t quite let go… of either the gun or Trey Bishop.

Trey Bishop never denied his life’s downward spiral was his own fault. After a few stints in rehab, he’s finally shaken off his Hollywood bad-boy lifestyle but not his reputation. The destruction of his acting career and his relationships goes deep, and no one trusts anything he says, including the LAPD. When two men dragging a dead body spot him on a late-night run and try to murder him, Trey is grateful for the tall, dark, and deadly ramen shop owner he lusts over—not just for rescuing him, but also for believing him.

Now caught in a web of murders and lies, Trey knows someone wants him dead, and the only one on his side is a man with deep, dark secrets. Trey hopes Kuro Jenkins will stick around to see what the future holds for them once the dust settles, but from the looks of things, neither of them may survive to find out.

Trey Bishop est issu d’une famille riche mais dysfonctionnelle. Dès l’âge de 8 ans, sa mère trop ambitieuse l’a poussé dans une carrière d’acteur, et il est devenu la vedette d’une série télévisée. Incapable de gérer sa notoriété, il s’est complu dans le rôle de bad-boy hollywoodien, a plongé dans la toxicomanie et s’est finalement retrouvé sans amis et sans emploi. Après un énième séjour en cure de désintoxication, il lutte actuellement pour mettre de l’ordre dans sa vie tout en essayant d’éviter sa famille égocentrique. Chaque fois qu’il ressent le besoin de drogue qui pulse toujours dans ses veines, il sort de chez lui pour courir, quelle que soit l’heure du jour (ou de la nuit). C’est ainsi qu’un soir, il tombe sur deux hommes suspects en train de porter un lourd paquet dans une ruelle sombre de Koreatown, à Los Angeles. Alors qu’il les observe, ahuri, ils laissent tomber le paquet… et un cadavre étrangement familier sourit à Trey. Il essaie de s’enfuir, mais les hommes le poursuivent et tirent dessus. Il est sauvé par Kuro Jenkins, le beau propriétaire asiatique d’un petit restaurant de ramen où Trey aime manger de temps en temps. Kuro qui arrive juste à temps, fusil à la main, et chasse les méchants.

Ce que Trey ignore, c’est que Kuro a un lourd passé mouvementé. Après avoir été coopté par un acteur majeur de la pègre de L.A., Kuro est devenu un agent gouvernemental spécialisé dans les opérations secrètes. Plus d’une fois, il a participé à des missions de sauvetage douteuses, mais sa couverture a volé en éclats à un moment, et il a été contraint de prendre sa retraite malgré son jeune âge. Il a donc ouvert son petit restaurant, content de faire ce qu’il a toujours aimé faire, à savoir cuisiner des plats asiatiques. Jamais il n’aurait imaginé que le jeune client séduisant mais distant et triste qu’il rencontre fréquemment dans son magasin bouleverserait à nouveau la tranquillité récemment retrouvée de sa vie.

Parce que, bien sûr, les deux ressentent une attirance mutuelle instantanée. Ça fait des mois qu’ils se toisent et s’observent du coin de l’œil, mais chacun ayant des problèmes à régler, ils n’ont pas osé faire le premier pas. Maintenant, alors que quelqu’un tente par tous les moyens d’empêcher Trey de parler de l’incident nocturne et du corps qu’il a vu, Kuro ressent un besoin inexplicable de protéger le jeune homme tourmenté. Pour ce faire, il doit trouver qui veut la peau de Trey et pourquoi. Par conséquent, les deux passent de plus en plus de temps ensemble et s’avouent finalement qu’ils sont tombés amoureux l’un de l’autre.

Ce livre était plutôt une expérience mitigée pour moi. L’intrigue policière a immédiatement retenu mon attention (rien ne vaut un bon polar, pas vrai ?), et les personnages principaux se sont avérés attachants et intéressants. J’admets que l’amour quasi instantané était un peu trop abrupt à mon goût et que l’on aurait pu se servir d’une bonne paire de «  ciseaux » pour resserrer l’histoire (est-il vraiment nécessaire que nous sachions en détail à quoi ressemble le manoir de l’ancienne patronne de Kuro ?). Certains dialogues semblaient un peu téléphonés aussi – personne n’exprime aussi ouvertement ses sentiments seulement quelques jours, comme le font les deux hommes. Et bien sûr, si vous êtes allergique aux fusillades et aux meurtres, ne choisissez pas ce livre. Je ne suis pas un grand fan ni de l’une ni de l’autre, mais puisque c’est de la fiction et que les scènes plus violentes cadrent bien avec le scénario et font partie intégrante de l’histoire, je peux faire avec. L’écriture était également quelque peu contrainte par endroits (encore un/e auteur/e anglophone qui répugne à utiliser le plus-que-parfait), mais lorsque j’ai fermé le livre, l’impression générale était positive. Oui, même si je pinaille sur quelques détails, j’ai bien aimé ce livre. Amoureux des polars, celui-ci est fait pour vous.

Amazon Page auteur Sur Goodreads

Exemplaire lu

Un exemplaire gratuit de The Doctor’s Date nous a été fourni par l’éditeur en VO, en échange d’une critique sincère. Cette fiche de lecture a été publiée en anglais sur le site Gay Book Reviews.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :