Le sceau de Kropotkine (de ParisDude)

Titre : Le sceau de Kropotkine (Les mémoires d’un bardache, tome 1)
Auteur : Philippe Gimet
Publié par : H&O
Publié le : 9 septembre 2012
Genre(s) : Polar historique
Pages : 166
Lu par : ParisDude
Sensualité : 5 flammes sur 5
Note : 5 étoiles sur 5

Synopsis

À l’aube du XVIIIe siècle, Henry, adolescent béarnais de petite noblesse au physique hors du commun, devient l’amant du riche comte d’Ystirac, qui l’emmène à Paris. Installé dans l’hôtel particulier de son bienfaiteur, il parfait son éducation, fortifie ses muscles et assouvit une insatiable lubricité. Le jeune homme découvre le monde caché des bardaches lors d’une orgie organisée chez l’intrigant prince Kropotkine, qu’il humilie en terrassant son champion au cours d’un combat singulier. Rejeté par son maître, le perdant – un Maure aux appas titanesques – est recueilli en l’hôtel d’Ystirac. Furieux, Kropotkine et ses complices n’auront de cesse de se venger : ils feront payer cher à Henry son intimité avec les grands du royaume et tenteront l’impossible pour freiner son irrésistible ascension.

Ce premier volume des « Mémoires d’un bardache » nous entraîne à la découverte de l’Europe débauchée des débuts du siècle des Lumières et de ses principaux protagonistes. Vaste fresque historique où le précieux côtoie l’obscène, « Le Sceau de Kropotkine » brosse, de l’intérieur, un tableau fidèle de la vie secrète de l’aristocratie aux dernières lueurs du Roi Soleil.

Eh oui, on va encore parler de Philippe Gimet. Quand on aime un style, une écriture, un(e) écrivain(e), on a souvent tendance à enchaîner les bouquins. Donc, après les aventures du Dioscure, je me suis procuré le premier tome des Mémoires d’un bardache, série de six livres dont rédaction et publication précèdent celle du Dioscure, mais dont l’époque qui sert de cadre se situe plus près de nous (pas trop non plus ; nous sommes, là, au début du XVIIIe siècle). Ce premier tome commence à la toute fin du règne de Louis XIV. Le protagoniste Henry, qui relate ses mémoires à la première personne, est alors un adolescent rêveur issu de la petite noblesse de province et vit au fin fond du Béarn. Un jour, il se fait repérer par le jeune et séduisant comte d’Ystirac (alors qu’il est en pleine séance de gamahuchage, ai-je besoin de le préciser ?). Celui-ci le prend a) avec lui à Paris, b) sous ses ailes et c) tout court (autre précision inutile) et lui enseigne non seulement comment évoluer dans un entourage des plus sophistiqués, mais aussi tout ce qu’il faut savoir sur l’art de se donner du plaisir entre hommes. De ces débuts modestes, le jeune Henry se fait rapidement connaître du petit monde des bardaches nobles, c’est-à-dire des invertis de l’époque, qui forment comme une société « secrète » (ce secret en étant un de Polichinelle, d’ailleurs). Le lieutenant général de police, le marquis d’Argenson, le repère et lui confie des missions nécessitant du doigté (dans tous les sens du terme), de la discrétion et un tant soit peu de ruse et d’intelligence.

Une fois de plus, Philippe Gimet nous emmène avec brio dans les histoires d’alcôve de l’Histoire en nous présentant un héros pas trop héroïque, mais extrêmement attachant. Cette fresque historique, du crépuscule de Louis XIV à la Régence du duc d’Orléans en passant par les intrigues de cour du duc du Maine, est peinte magistralement, et ce qui lui donne ce côté piquant et plaisant, c’est que nous voyons l’époque non pas avec les yeux des soi-disant « grands », mais plutôt par derrière (excusez le jeu de mot). Car, comme le dioscure qui m’a tant amusé, Henry est un insatiable de l’acte sexuel sous toutes ses formes, gamahuchage, fondements dûment labourés, tendres baisers, jeux manuels et sensuels. Ah, il aime le mâle, ses effluves, ses humeurs, ses jus, ses parties saillantes comme ses parties les plus cachées, pas sectaire pour un Louis d’or quant à ses partenaires. Oui, Henry fait une ascension fulgurante parmi les nobles de son temps à force de se montrer endurant et peu farouche. Il se marie, bien sûr, par bienséance, et l’on peut même dire qu’il aime sa femme avec tendresse, à sa façon, même s’il ne partage pas souvent sa couche (suffisamment, tout de même, pour produire des enfants). Il l’aime aussi, son comte d’Ystirac, tout comme il aime la femme que celui-ci est forcé de prendre à son tour, à un moment (par chance, celle-ci penche plutôt pour les amours saphiques, bien qu’étant extrêmement bigote).

Ce que j’aime dans ce livre, et que j’ai déjà apprécié dans la série du Dioscure, c’est l’intelligence et la facilité avec lesquelles Gimet insère son intrigue dans l’époque décrite. Nous croisons comme personnages secondaires Madame de Maintenon, amie loyale de Madame d’Ystirac et du jeune Henry, le roi lui-même, puis Philippe, duc d’Orléans, et toute une ribambelle de nobles dont on ne sait pas toujours s’ils ont véritablement existé ou non. Ce n’est pas important, par ailleurs, car le fait qu’ils aient pu exister tels que décrits nous montre à quel point Gimet brosse un portrait fidèle de l’époque. Je suis certain que des historiens trouveraient à redire sur tel ou tel détail, mais rien que d’imaginer que l’époque aurait pu être comme ça procure un grand plaisir. Ce plaisir est dédoublé, une fois de plus, par la plume solide, assurée et jouissive de l’auteur, qui fait avancer son récit au rythme d’une prose vraiment amusante et plaisante à lire (vous réviserez par la même occasion vos imparfaits du subjonctif). Heureusement, il me reste encore cinq tomes supplémentaires à découvrir, et je vous invite à faire de même. Philippe Gimet – auteur à lire ! PS : les adhérents de la Manif pour tous et autres coincés préféreront s’abstenir.

Amazon Page auteur Sur Babelio

Exemplaire lu

Nous avons acheté un exemplaire de Le sceau de Kropotkine.

Auteur

Né au début des années 70, j’ai grandi dans un petit village en Autriche. À 18 ans, j’ai migré à Vienne pour faire mon master en sciences politiques, français et espagnol. Aujourd’hui, je vis à Paris avec mon copain et travaille comme graphiste. Pendant mon temps libre, j’écris, je lis, je mitonne de bons petits plats, je prends des photos et je pars en voyage dès que je peux (en Italie, au Portugal, au Maroc, en Égypte, au Royaume-Uni et autres). Mes goûts littéraires sont éclectiques, allant de romans fantastiques et polars en passant par des romances gay jusqu’aux romans dystopiques. Mais je ne dirai pas non à un recueil de poésie ou un bon livre sur l’histoire non plus. Je suis plutôt le genre à porter un sweatshirt à capuche, une paire de jeans et des baskets qu’un costume et une cravate. À ce jour, j’ai publié plusieurs collections de nouvelles et de poèmes en anglais. Mon premier roman policier « Le cercueil farci », dans lequel je présente Damien Drechsler et le fringant étudiant Nikos, est paru en décembre 2018. Les versions anglaise et allemande sont également disponibles. Actuellement, je travaille sur la suite des aventures de Damien Drechsler. Sous mon pseudonymé "ParisDude", j’écris des critiques littéraires sur ce site, mais également en anglais sur le site "Gay Book Reviews". Plus d'informations sur mon site http://www.dietermoitzi.com

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :