Love You To Death (de ParisDude)

Grant Michaels, « Love You To Death »

Titre  : Love You To Death (Stan Kraychik, tome 2)
Auteur  : Grant Michaels
Publié par  : ReQueered Tales
Publié le  : 13 septembre 2019
Genre(s)  : Suspense, polar
Pages  : 296
Lu par  : ParisDude
Lu en VO  : Anglais (américain)
Sensualité  : 1 flamme sur 5
Note  : 5 étoiles sur 5

Synopsis

Valentine’s Day is fast approaching and everyone has a sweetheart, except Stan Kraychik, Boston’s sassiest hairdresser. Ever hopeful of meeting Mr. Right, Stan attends a gala reception that culminates in a death by poisoning, and romantic problems take a back seat to murder. Then Boston police arrest Stan’s friend Laurett Cole, who leaves her four-year-old son in Stan’s care. In his quest to free Laurett from suspicion and himself from his ill-mannered ward, Stan finds himself exploring the secrets of a revered Boston institution, the Gladys Gardner Chocolate Company. There, along with the sweet edibles, he finds an assortment of not-so-delectable murder.

First edition published by St. Martin’s Press, January 1993.
Note: A Lambda Literary Awards Finalist in 1993, this edition includes a new 2019 foreword by Frank W. Butterfield.

C’est toujours avec un plaisir absolu et sincère que j’entame la lecture d’un polar écrit par le regretté Grant Michaels, et jusqu’à présent, je n’ai pas été déçu. Cette fois-ci, tout commence avec la réception que donne la toute nouvelle chocolaterie, Le Jardin Chocolatier (en français dans le texte pour faire so chic, je pense). C’est une soirée de gala qui se tient dans la luxueuse salle de bal de l’hôtel Copley Plaza. Notre héros, le coiffeur bostonien Stan « Vannos » Kraychik, assiste à l’événement avec sa patronne, Nicole Albright. Il doit son invitation au fait qu’il est l’homme derrière les coiffures parfaites des deux gérants du lieu, l’ambitieuse Liz Carlini, jeune et fringante, et le designer Dan Doherty. La soirée se déroule comme prévu, les mondains du cru picolent, goûtent aux divers amuse-gueules, et bavardent avec l’autosuffisance des gens importants. Mais au lieu de culminer avec la présentation de l’exquise production du Jardin, un homme qui ne devrait même pas être là mord dans une truffe de chocolat… et tombe raide mort. Le verdict de la police, dêpêchée sur place, est : empoisonnement par l’arsenic dont la truffe a été truffée.

Heureusement pour tout le monde (sauf pour la personne concernée), une coupable est rapidement trouvée et gardée à vue : Laurett Cole, ancienne réceptionniste dans le salon de coiffure de Nicole, que Liz a débauchée pour gérer la première boutique du Jardin. C’est elle qui a préparé les plateaux de truffes, après tout, et le mort était son petit ami, connu pour être violent. Stan semble être le seul à ne pas croire que la jeune femme est une meurtrière. Comme il a accepté de prendre soin de son fils, un petit garçon de quatre ans, pendant qu’elle est en détention, Stan n’a qu’une idée en tête : trouver le vrai coupable le plus rapidement possible afin de retrouver le calme. Bien sûr, le policier qui mène l’enquête est une vieille connaissance de Stan : le beau lieutenant Branco. Que Stan joue à nouveau au détective amateur ne l’amuse pas trop. Mais même lui est obligé de reconsidérer ses idées préconçues lorsque d’abord Dan Doherty, puis le riche mari de Liz, Prentiss Kingsley, héritier de la Gladys Gardner Chocolate Company, sont assassinés et que quelqu’un tire sur la maison de Liz. Mais on peut faire confiance à Stan Kraychik pour a) résoudre l’énigme et b) se trouver un nouveau beau.

J’ai déjà dit à quel point j’aime l’écriture de Grant Michael. Ses livres sont parfaitement rythmés, les intrigues plausibles, avec la bonne dose de suspense et la satisfaction intellectuelle de pouvoir suivre plusieurs pistes menant à la découverte du vrai coupable. Ce livre ne faisait pas exception. Le personnage principal, Stan, est toujours aussi drôle que quand je l’ai rencontré pour la première fois, dans le premier tome ; il lutte toujours contre ses kilos excédentaires, qu’il semble gagner simplement en respirant, il rêve toujours de son prince charmant (il se pourrait qu’il tombe enfin sur cet homme dans ce livre, mais je n’en dirai pas plus), et il est toujours très fier de ses longs membres slaves et de sa grande mâchoire virile, qui, « comme vous découvrirez, est juste l’endroit où se logent la langue, les dents et le culot », comme il le dit lui-même (traduction par moi). Les dialogues sont des morceaux d’anthologie et m’ont fait rire plus d’une fois (notamment quand Stan parle avec sa patronne Nicole ou avec le lieutenant Branco), tout comme le personnage de Tobias, ce petit garçon, un vrai tourbillon précoce et mignon qui est à l’origine de certaines scènes parmi les plus drôles du livre. Tout le monde, du personnage le plus secondaire au plus principal, si je puis utiliser ces termes barbares, est parfaitement étoffé, en trois dimensions, crédible, avec une pincée d’exagération caricaturale qui donne l’impression que l’auteur vous a fait un clin d’œil en privé.

Encore un classique, ce livre. Ceux d’entre vous qui aiment les bons polars gay, allez-y, achetez-en un exemplaire (et ne manquez pas les autres tomes de cette série).

Amazon Sur Goodreads

Exemplaire lu

Un exemplaire gratuit de Love You To Death nous a été fourni par l’éditeur en VO, en échange d’une critique sincère. Cette fiche de lecture a été publiée en anglais sur le site Rainbow Book Reviews.

Auteur

Né au début des années 70, j’ai grandi dans un petit village en Autriche. À 18 ans, j’ai migré à Vienne pour faire mon master en sciences politiques, français et espagnol. Aujourd’hui, je vis à Paris avec mon copain et travaille comme graphiste. Pendant mon temps libre, j’écris, je lis, je mitonne de bons petits plats, je prends des photos et je pars en voyage dès que je peux (en Italie, au Portugal, au Maroc, en Égypte, au Royaume-Uni et autres). Mes goûts littéraires sont éclectiques, allant de romans fantastiques et polars en passant par des romances gay jusqu’aux romans dystopiques. Mais je ne dirai pas non à un recueil de poésie ou un bon livre sur l’histoire non plus. Je suis plutôt le genre à porter un sweatshirt à capuche, une paire de jeans et des baskets qu’un costume et une cravate. À ce jour, j’ai publié plusieurs collections de nouvelles et de poèmes en anglais. Mon premier roman policier « Le cercueil farci », dans lequel je présente Damien Drechsler et le fringant étudiant Nikos, est paru en décembre 2018. Les versions anglaise et allemande sont également disponibles. Actuellement, je travaille sur la suite des aventures de Damien Drechsler. Sous mon pseudonymé "ParisDude", j’écris des critiques littéraires sur ce site, mais également en anglais sur le site "Rainbow Book Reviews". Plus d'informations sur mon site http://www.dietermoitzi.com

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :